Ces mots sur ton dos

Geneviève Simard Vie de maman

Crédit : Pexels 

 

Je ne me suis jamais mise la tête dans le sable, je le savais. Je le savais depuis longtemps, que tu avais besoin d'aide avec tes mots.

Parce que je voyais dans ton visage que tu en avais long à dire, mais que ça ne voulais pas sortir. Parce que j'entendais et j'attendais, mais que les mots ne venaient pas parce que tu les cherchais, que tu ne savais pas comment les laisser aller.

Je savais que je devais consulter, mais les émotions se bousculaient dans ma tête, dans mon coeur. Est-ce que j'avais failli à ma tâche de maman? Qu'est-ce que j'aurais pu faire ou dire de plus pour t'aider, moi?

À court de mots, j'ai pris ma décision et j'ai appelé. Puis, ce sont ces gens qui se sont mis à en chercher pour toi, des mots, pour te les coller sur le dos.

Ils ont tellement chercher à te catégoriser que j'en suis venue à croire que tu serais uniquement défini par cette étiquette. J'en suis même venue à me demander si ça changerait ma vision de toi? Si ça changerait ma vision de moi?

Je me suis résolue à aller voir ailleurs, je ne pouvais pas croire que c'était aux autres de me dire qui tu étais et ce qu'on avait réussi à accomplir ensemble, tous les deux. On a eu la chance incroyable de rencontrer quelqu'un qui a à coeur de travailler avec toi, avec tes forces et tes faiblesses, sans considération des mots.

Quelqu'un qui ne veut que t'aider à te développer et à t'épanouir, peu importe le reste. Quelqu'un qui t'aide à produire tes mots et qui t'a permis d'évoluer de façon remarquable au courant des derniers mois. Je ne la remercierai jamais assez pour ça, d'ailleurs, ta belle Marie-Philippe.

Quand je vois la fierté dans tes yeux lorsque je comprends ce que tu exprimes maintenant si bien, quand j'entends ta petite voix me faire une demande déterminée ou me raconter une blague souvent réellement drôle, mon coeur explose et je sais, je sais! J'ai pris la meilleure décision du monde en allant te chercher du soutien.

Et tu sais quoi? Au final, je me rends compte que peu importe les étiquettes qu'on pourrait essayer de t'apposer, tu restes le même. Celui que je connais. Celui que j'aime bien au-delà des mots.


Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire