J'ai partagé ta souffrance ...

Krystelle Chamberland Vie de maman

Crédit : Pixabay

 

Il y a de ces évènements qui marquent, de ces évènements qui resteront à jamais dans notre cœur. Je me rappellerai toujours de ce 11 mai, où un simple message est venu complètement bouleverser ma journée.

 

Il doit être 19h, je suis au travail. Je place mes petits minous à l’ouvrage et je retourne à mon bureau. En chemin, j’en profite pour faire un petit tour sur Facebook pour voir ce qui se passe. C’est là que j’ai vu tes mots. Un message trop bref, trop franc : « Je vis le pire cauchemar… [il] s’est étouffé […] et il est mort! »

 

Je me suis écroulée. J’ai eu si mal. Mes yeux se sont remplis d’eau, mon cœur d’incompréhension et je me suis accroupie pour pleurer mon saoul. Comment ça peut arriver? Comment ça peut arriver à une maman si formidable? Ou à n’importe qui? J’étais sans mot, j’étais anéantie et j’attendais que quelqu’un me ramène à la réalité. Ma collègue m’a trouvée et m’a demandé de rentrer à la maison. Mon chum m’a accueilli et a tenté du mieux qu’il pouvait de me réconforter, sans trop comprendre pourquoi j’étais si bouleversée. J’ai pleuré toute la soirée et me suis demandée comment j’arriverais à dormir cette nuit-là. Nuit froide, sans rêve.

 

Je suis retournée au travail le lendemain, le sanglot dans la gorge, les larmes au bord des yeux. Ce fut une journée difficile, mais que pouvais-je faire si loin de toi mon amie? Chaque seconde, j’ai pensé à toi, à ton petit qui était devenu une étoile. Nous avions partagé deux grossesses. Comment allais-je pouvoir continuer à regarder ma fille du même âge que ton étoile sans penser à toi, à ta douleur?

 

Chaque jour, je remercie le ciel de me permettre de voir le sourire de ma fille le matin, de pouvoir la serrer dans mes bras, de la bercer lorsqu’elle le voulait… de me permettre de la voir grandir. Ce ne sera pas ton cas, mon amie, mais sache que ton petit veille sur toi et qu’il veut une maman heureuse qui profite de la vie.

 

Je t’ai vue. Fragile. Fragile, mais forte. Avec ton coéquipier de vie, un être extraordinaire qui sait te lire au plus profond de toi. Vous êtes une équipe exceptionnelle pour votre grand qui navigue à travers cette épreuve. Vous m’impressionnez. Tellement.

 

Nous avons fêté la première année sans lui. Fêté… que c’est ironique. Nous fêtons chaque jour ses nombreux sourires, nous fêtons les souvenirs que nous avons de lui. Mais certes pas la douleur et le trou au fond de notre cœur.

 

À chaque nouvelle étape de ma fille, j’aimerais que tu puisses vivre la même chose. Je souhaite de tout mon cœur que ce nouveau petit être qui grandit en toi t’apporte la paix et qu’il sache te redonner un peu plus ton magnifique sourire.

 

Never we forget. Avec tout mon amour xxx


Article précédent Article suivant


  • Sylvie le

    Je me rappelle aussi de ce 11 mai… Ce même message… « Je vis le pire cauchemar… [il] s’est étouffé […] et il est mort! »
    J’ai pleuré toute la soirée, et les jours suivants aussi. Rien ne pourra jamais remplacer votre petite étoile partie trop vite, mais je souhaite que toute votre famille vive des moments heureux avec l’arrivée de votre nouveau poupon.


Laissez un commentaire