Je suis cette maman coupable de ...

Noëmie Bourassa Vie de maman

Crédit : Pexels

 

Vous avez fort probablement tous déjà entendu quelqu’un mentionner qu’un enfant ne vient pas au monde avec un manuel d’instruction. En effet, on apprend à les comprendre, ainsi qu’à devenir parent jour après jour, et disons-le, nuit après nuit. Néanmoins, vous arrive-t-il, comme moi, de trouver que les exigences sociales pour se qualifier de « bon parent » sont parfois bien élevées lorsqu'on s'y compare?

 

Depuis que je suis maman, je fais tout en mon pouvoir pour être et devenir la meilleure mère possible, quoique parfois, je sois aussi la première à m’évaluer et à me critiquer.

 

En fait, j’aimerais être cette maman qui ne hausse jamais la voix, qui ne perd pas patience et qui écoute son enfant tous les jours d’une oreille ouverte et accueillante. Vous savez, être comme ces mamans qui ne prêchent que par l’éducation bienveillante et positive? Bien, j’aimerais en faire partie de manière intégrale! Par contre, je suis aussi cette maman coupable de réprimander et de sanctionner son enfant. C’est souvent rendu sur mon oreiller que j’arrive à décompresser et que j’aimerais avoir l’occasion de m’excuser pour m’être emportée.

 

J’aimerais aussi déborder d’énergie et amener mon petit trésor faire mille et une activités de natures culturelles, sportives et ludiques. Vous savez, question de lui faire dépenser toute l’énergie nécessaire en équilibrant adéquatement les moments stimulants et amusants? Mais, je dois lui faire mon mea culpa, car nous passons beaucoup plus de temps que je ne le souhaiterais à regarder les petits « bonhommes » à la télé. J’ose même parfois me servir de l’électronique (tablette, cellulaire…) pour avoir quelques instants de répit. Les recommandations disent qu’il ne faut pas dépasser 45 minutes d’écran par jour? Oups…

 

J’aimerais que le menu familial soit plus diversifié en offrant exclusivement des choix sains et nutritifs. Vous savez, faire en sorte que tous nos repas soient construits d’assiettes colorées et appétissantes. Mais oui, je suis cette maman coupable qui sert de manière redondante des pâtés chinois et des macaronis à la viande. Il m’arrive même d'utiliser le surgelé, car je me sens parfois épuisée juste à l’idée de cuisiner (et de faire la vaisselle).

 

J’aimerais ne pas travailler autant, être davantage présente et gérer autrement notre horaire familial. Vous savez, ne jamais avoir recours à la garderie ou à la gardienne lorsque j'ai l'occasion d'avoir une pause de mon rôle de maman. Mais, je suis cette mère coupable qui a besoin de s’épanouir ailleurs qu’à la maison. Même, il m’est vital d’avoir des instants pour ne penser qu’à moi aussi. Suis-je égocentrique?

 

Mais bien que je plaide coupable pour tout cela, j’ai aussi la plus grande motivation qui soit d’arriver à me dépasser en tant que maman, car pour moi, mon enfant ne mérite que le meilleur.

 

Et vous savez quoi, aussi contestables que certaines de nos pratiques parentales puissent-elles être, dites-vous qu’ainsi, on enseigne aussi à nos amours qu’ils n’ont pas à être parfaits eux non plus. On leur inculque alors que ce qui est le plus important, c’est de faire de notre mieux.

 

Mon enfant, même si je suis une maman coupable, n’oublie jamais que je suis avant tout coupable de t’aimer!


Article précédent Article suivant


  • Vincent B. Doiron le

    100% vrai ! C’est dur de pas ce critiquer a la fin d’une journée demandante , mais on fait toujours notre possible pour le bien de la famille et ça, ça vaut de l’or.


Laissez un commentaire