L'espoir d'enfant

Noëmie Bourassa Vie de maman

Crédit : Pixabay

 

Parce que pour beaucoup, la procréation va de soi, au rythme de leurs souhaits. On annonce une grossesse à tous et l'on reçoit alors une tonne de mots doux tels des «félicitations»...

 

Mais qu’en est-il pour les désireux d'enfant comme moi, ceux et celles qui donneraient presque tout pour vivre une fois, deux fois ou trois fois la maternité, ceux et celles pour qui, comme moi, l'annonce d'une deuxième petite barre sur un bâton blanc ne procure pas l'euphorie normalement attendue, mais entraîne un mélange d'espoir et de peur, ceux et celles qui se sentent seuls, abandonnés, et qui ne comprennent pas pourquoi la vie n'est pas plus douce avec eux au sein de ce désir d'agrandissement de leur famille. Car fonder une famille, il n'y a rien de plus naturel non? 


J'inclus aussi ceux et celles qui chaque mois, attendent plus que 5 minutes en regardant leur test de grossesse, avec l'espoir d'y voir apparaître ce petit plus annonçant la possible venue d'un enfant, car L'ESPOIR D'ENFANT est tellement grand. Ajoutons ceux et celles qui parfois, ont la pensée que ce ne sera jamais possible pour quelconque raison d'infertilité.

 

Qui nous félicite pour notre ténacité, nos efforts déployés malgré les échecs et le fait de surmonter parfois un deuil ou les nombreux deuils après deuils?

 

Dans mon cas, c'est 7 ESPOIRS D'ENFANT que j'ai perdus, et j'ai décidé d'arrêter d’en avoir honte, de le cacher et de ne pas le vivre ouvertement. Pourquoi? Car je crois que toute femme qui passe au travers des épreuves comme la mienne ou autres épreuves incluses dans ce que j'appelle L'ESPOIR D'ENFANT a elle aussi droit de recevoir des félicitations. Des félicitations pour le cœur qu'elle y met, et pour tout l'altruisme qu'elle déploie à désirer vouloir donner la vie et prodiguer à cet enfant tant attendu un tsunami d'amour.

 

C'est les larmes aux yeux que j'ai auparavant écrit ces lignes, non pas pour recevoir de la pitié, mais parce que j'ai décidé d'être fière de mon projet familial, et ce, peu importe les embûches que la vie mettra sur mon chemin. J'ai décidé d'arrêter d'être jalouse des autres femmes enceintes, car ma persévérance et ma résilience valent elles aussi leur pesant d'or.

 

C'est donc pour nous, les couples avec ESPOIR D'ENFANT, que j’ai voulu publier ce billet et pour que tout un chacun se rappelle que nous méritons aussi de nous faire encourager, féliciter et aimer. N’ayons pas honte de notre situation et continuons de croire!


Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire