Mon amie virtuelle plus que réelle

Anne-Isabelle Généreux Vie de maman

Crédit : Unsplash

 

Pour l'instant, je suis dans le jus. Mère de trois enfants en bas âge, je nage dans la parentalité à vitesse grand V. Par chance, j'aime la natation et j'ai un merveilleux partenaire de relais.

En raison de ce tourbillon, les soirées entre amies pleuvent beaucoup moins. En fait, les invitations continuent, mais il nous arrive parfois de devoir décliner ou repousser car la gestion d'une soirée sans enfants, ce n'est pas chose simple! 

Par chance, on a des amis dans le même bateau ce qui fait que tout le monde vit un peu la même chose. En attendant, j'entretiens d'avantage mes relations amicales via les réseaux sociaux. Ben oui, c'est un peu ça 2017. Ce n'est pas négatif. Je suis heureuse d'avoir des nouvelles d'une et l'autre sur Messenger et ça me fait du bien d'échanger sur mon groupe de petites mères en congé de maternité.

À toi mon amie virtuelle plus que réelle ... Ça me fait rire de recevoir une photo de ta petite qui boude sur sa photo officielle de garderie (faut bien en rire). Je meurs de rire quand tu m'envois une vidéo de ton bébé qui se dandine sur des airs de Shakira, surtout le soir, quand la fatigue est au rendez-vous.

Ça me permet de rester connectée sur ta vie d'une certaine façon. Et le soir, quand mes trois moineaux sont couchés, que Qualinet (AKA nous super-parents) est passé pour nettoyer le déluge dans la maison, je peux m'asseoir tranquille et échanger avec toi.

Je crois que l'émoticône qu'on utilise le plus souvent, c'est le bonhomme qui pleure de rire (parce qu'on rit beaucoup) et la petite brunette qui se tape dans le front lorsqu'on se sent surpassées par les évènements de la vie de parents. S'il n'y avait pas cet exutoire, je me taperais peut-être dans le front pour vrai, parce que je n'aurais pas pu ventiler avec toi. 

Donc, à défaut de rire plus souvent en vrai et se raconter des niaiseries, on le fait via Messenger. Pour l'instant, c'est comme ça. Et plus tard, lorsqu'on aura plus de temps, on le prendra pour se voir plus qu'une fois aux trois mois, pour rire à en pleurer et se taper sur la cuisse au lieu du front.

Merci d'être là, virtuellement ou pas.


Article précédent Article suivant


  • Josee le

    Un beau billet. Je pourrais dire que je “rush” un peu moins. Mes filles ont 14 et 12. Mais dieu sait que lire ton billet me rapelle tellement de chose. Être maman c’ est être partout en même temps. Lorsqu’ on s’ assoit le soir alors que la maisonnée est tranquille , que tout le monde dort. On est toute énervée! Je voudrais pouvoir relaxer, faire du rattrapage tv… Mais non. 10 -15 min plus tard, c’ est à mon tour de cogner des clous. ?

  • Frédérique le

    Super texte et tellement vrai!

  • Maggie :) le

    Belle plume Anne Isabelle!! :) xx


Laissez un commentaire