Nostalgie du temps qui passe

Aude P Vie de maman

 

Crédit : Aude P

 

Ça fait un moment que je remplis des boîtes avec des items de bébé à donner. Je me décide enfin à aller en porter une, mais elle traine dans mon entrée depuis quelques jours. Je suis occupée à cuisiner et j'ai le dos tourné quand j'entends la berceuse. Je reconnais la mélodie sans vraiment savoir ce que c’est vraiment, mais je me mets à pleurer tellement l’émotion m’envahie. En me retournant, je le vois. Dans mes yeux embués, mon 4 ans redécouvre son Luminou qu'il a repéré dans la dite boite. 

 

4 ans. Le temps file si vite.

 

Et cette berceuse… Cette mélodie des nuits sombres ou des dodos espérés. Cette étrange douceur mêlée à cette nostalgie du passé me submerge tout à coup.

 

Il a 4 ans. Je le réalise là. Le temps file sous mes yeux sans que je m’en rende compte vraiment. Même si le temps passe, ma mémoire des instants, des sons et des sensations est encore bien présente. Alors je me ressaisis et essaie de vivre et partager avec lui ces instants de l'enfance insouciante, de la douceur et des bonnes odeurs comme si c'était la première et la dernière fois. 

 

Être la maman d'Émile, sans en attendre un autre. Sans l'imaginer, sans l'espérer. Être là avec lui, pour lui. C'est plus difficile que je ne le pensais. Surtout quand y'a un Luminou qui arrive en travers de mon chemin.

 

Ce soir-là, je me suis blottie contre eux deux, mon fils et sa berceuse. J'ai  attendu que son souffle ralentisse et qu'il s'abandonne avant de m'extirper de son petit lit. J'en ai profité pour le sentir, caresser ses petits cheveux, admirer son beau visage, apprécier sa douceur infinie, oublier les crises et les chicanes.

 

J'ai essayé de vivre avec le temps avec comme trame de fond, la berceuse du Luminou. En me remplissant de ces instants présents entre nostalgie et bonheur, je me suis promis de prendre plus le temps.


Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire