Pis toi, ton sommeil?

Marie-Eve Labbé Vie de maman

Crédit : Unsplash

 

Je ne sais pas à quel moment de la conception le gène du sommeil est censé être transmis au bébé, mais mon chum et moi, on a réellement dû sauter cette étape. Avec un père qui pourrait dormir 20h sur 24, je m’attendais sincèrement à avoir de bonnes dormeuses. Bin non.

 

Pis on va se le dire, c’est pas plus facile quand c’est ton 2e enfant. Même que c’est pire, parce que tu ne peux pas te permettre de te recoucher pendant les siestes ou te lever plus tard le matin, car  ton autre enfant aussi a besoin de sa maman. Même si tu sais qu’un jour ton bébé va bien finir par dormir, bin dans le moment présent, tu « rush » avec tes 3h de sommeil par nuit, donc essayer de rester optimiste, c’est parfois un peu trop exigeant pour ton niveau d’énergie. Pis même quand tu essaies de ne pas trop y penser et de prendre ça un jour à la fois, y’a toujours quelqu’un pour te rappeler que « ta fille fait pas encore ses nuits? Elle a 10 mois, tu dois capoter!! » Bin oui, parfois, je capote! Pis parfois aussi, je braille. Je braille parce que je suis tannée de dormir des intervalles entrecoupés par un bébé qui pleure plusieurs fois par nuit. Parce que mentalement, c’est aussi difficile, sinon pire, que physiquement.

 

Le pire, c’est que je réalise que mon corps s’est habitué à fonctionner avec une fraction de nuit (ça fait un an et demi que je n’ai pas dormi une nuit sans interruption - allo insomnie de grossesse). Par contre, mon pilote automatique n’est clairement pas la meilleure version de moi-même; il a un peu la mèche courte et l’émotivité dans le piton.

 

Je regarde parfois (souvent) les autres mamans qui ont des bébés qui font leurs nuits, pis je me demande ce que je fais de pas correct. Je me remets constamment en question, parce que pour vrai, j’ai tout essayé. Les livres sur le sommeil du bébé, je les ai tous lus. J’ai assisté à des conférences, essayé des trucs de grand-mère un peu bizarres … Mais la vérité, je crois, c’est que dans le fond, je pense qu’il y a une partie du problème que je ne peux pas contrôler et qui n’appartient qu’à ma fille.

 

Donc en attendant que ma fille soit prête à faire ses nuits, je carbure au cache-cerne et au thé noir (à défaut de ne pas aimer le café). Pis je me donne le droit de trouver ça parfois difficile, d’être honnête envers moi-même et envers les autres. Ça fait pas de moi une moins bonne mère, juste une maman épuisée qui a hâte de retrouver un peu son énergie.


Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire