Vacances 2.0 pour mamans fatiguées : 48h de silence dans un monastère

Banc d'essai Dominique Fournier

Crédit : Pexels

 

Avez-vous, vous aussi, des fois l’envie de partir 1 semaine dans le Sud, toute seule, sans chum ni enfant? Remettre les batteries à neuf, se concentrer juste sur soi-même plutôt que de voir au besoin de tout le monde constamment? Après une année très difficile au niveau personnel et familial, j’ai senti le besoin de me retrouver, seule, en silence avec moi-même. Et c’est en faisant quelques recherches que je suis tombée sur la retraite du monastère des Augustines!

 

C’est quoi, le monastère des Augustines? Et bien c’est l’ancien monastère cloitré des sœurs Augustines, qui s’occupaient des patients comme garde-malades à l’Hôtel-Dieu de Québec. Évidemment, la profession étant maintenant réservée aux infirmières diplômées, les Augustines, qui ne sont plus que 12 (avec une moyenne d’âge de 84 ans) ont donc décidé de léguer leur monastère à la population. Ainsi, on peut maintenant s’offrir un repos au monastère, qui a été transformé pour l’occasion en hôtel-musée et bénéficier d’un concept unique de santé globale, qui s’appuie sur la méditation, la relaxation et le yoga pour offrir un environnement calme et silencieux aux clients. Je suis donc partie avec mon livre, mon tricot, mon petit cahier de pensées et une bonne bouteille de vin, cachée dans mes valises (oui oui, on a le droit!)

 

48h de silence. Bon, je vais péter votre bulle tout de suite; c’est un silence relatif. J’ai quand même parlé pour dire « pardon », « s’il vous plaît », « merci » et aussi à la prof de yoga « peux-tu m’aider, mes pieds sont pris en arrière de ma tête! » Je vous la raconterai une autre fois, celle-là …! Mais sinon, le reste du temps, c’est silencieux. Le décor préservé des années les plus actives du monastère, avec les planchers et les escaliers d’époque et les chambres de l’hôtel qui sont en fait les chambres des anciennes sœurs, sont si riches en histoire qu’on a presque l’impression qu’on verra surgir de la porte un fantôme habillé en sœur des années 1800. Le concept dit de santé globale s’inscrit dans la mission des Augustines soit de « prendre soins du corps et de l’esprit » des malades. On prend soin de notre corps par le spa en place et ses soins de santé offerts (massage, réflexologie, etc.) et des consultations en santé globale sont également disponibles. Il y a aussi, selon le forfait choisi, des classes de yoga qui sont adaptées au moment de la journée, soit énergisant, tonique ou relaxant, adapté pour tous, du débutant au plus érudit. La salle de yoga avec le cachet antique est un lieu merveilleux pour faire des retraites de yoga, également offert par le monastère.

 

J’ai été époustouflée par la beauté des lieux extérieurs si riches et inspirants. On a même préservé le jardin de l’apothicairesse, celle qui était responsable de faire les médicaments à partir de plantes, et fait pousser de façon symbolique les herbes et les plantes en fleurs qui étaient utilisées au début de la colonie.  Marcher dans ce jardin est inspirant tant par la beauté du lieu que par la signification qu’il revêt et l’histoire qu’il traîne derrière lui. J’ai aussi adoré me promener dans  la cour extérieure du monastère, voir et lire les stalles tombales commémoratives symboliques des sœurs fondatrices, entourées d’immenses arbres qui témoignent de l’état centenaire des lieux. Tout est si calme qu’on entend presque hurler nos pensées, celles qu’on a tellement mises de côté avec la routine et le quotidien. On y apprend à se reconnecter sur son corps, prendre le temps d’écouter sa respiration et son cœur battre et vivre le moment présent, sans regret du passé ou anticipation du futur. Juste être capable d’être seule avec soi-même, de s’écouter, d’écouter son corps et de laisser les pensées venir d’elles-mêmes, sans peur.

 

Crédit : Dominique Fournier

 

Mais le vrai baume relaxant sur la vie active et parfois épuisante de mamans se vit dans tous les autres instants. Errer seule dans le monastère, avec des coins partout pour s’asseoir, lire, penser, écrire. J’ai beaucoup médité sur moi-même, réfléchi. Des idées et des révélations me venaient spontanément en tête. J’avais d’ailleurs toujours mon petit cahier près de moi pour noter les pensées qui surgissaient : des remises en question, des prises de conscience, des décisions importantes sur moi, ma famille, sur ce que je veux garder et ce que je veux changer dans ma vie. Et surtout, une bonne dose de motivation pour appliquer tout ça. Mais j’ai aussi et surtout dormi. Dormi jusqu’à pas d’heure, dormi d’un sommeil profond, réparateur et énergisant.

 

C’est avec une grande joie que j’ai retrouvé ma famille 2 jours après, les batteries remises à neuf et la charge à 100%. Un état d’esprit calme et ouvert, de nouvelles idées et résolutions à appliquer et un bonheur contagieux. Après tout, ne dit-on pas qu’une maman zen donne des enfants zen …  bon pas vraiment, mais vous comprenez ce que je veux dire!

 

Intéressées? Vous trouverez tous les renseignements ICI.

 

P.S. N’oubliez pas que c’est bientôt Noël, si vous manquer d’inspiration, ça ferait une parfaite idée-cadeau!

 

P.S.2. Je n’ai reçu aucune compensation de la part du monastère, ni monétaire, ni d’aucune autre manière pour écrire cet article. Ce texte exprime mon opinion réelle.


Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire